Médium un jour, médium tous les jours (tome 2)

LIRE À PARTIR DU DÉBUT DU CHAPITRE

LIRE L’ARTICLE PRÉCÉDENT

Extrait du Médium un jour, médium tous les jours, tome 2

.

J’avais pris soin de placer de chaque côté du cercueil deux toiles que Maman avait peintes quelques années auparavant. Ce sont mes deux préférées! À la gauche était installée celle qui porte le nom de «La petite fille devant la porte», sur laquelle on aperçoit de dos une jeune fille cognant sur une porte blanche, son chien à ses côtés. Je trouvais qu’elle était tout à fait appropriée à l’expérience que nous avions vécue toutes les deux à la Grande Porte la préparant au grand départ.

Quant à elle, l’autre toile à droite représentait des montagnes enneigées, comme celles que j’allais redécouvrir dans peu de temps, dans les Himalayas, au nord de l’Inde. J’avais également pris soin de choisir quelques musiques préférées de Maman, dont celles de Frank Sinatra, de Dean Martin et de Nat King Cole, qui jouaient en sourdine tout le long de l’exposition du corps, moment où nous, les membres de la famille, accueillions les gens venus lui rendre  un dernier hommage. L’ambiance de la salle était douce et réconfortante.

Quelques assiettes de fruits coupés, des bonbonnières remplies de gâteries et plusieurs biscuits faits maison complétaient le tout. Pour ceux qui me connaissent, j’aime bien offrir quelque chose à manger aux invités, même pendant les conférences et ateliers que je présente. Cette occasion n’allait pas être différente… (sourire). Nous nourrissons à la fois l’âme et le corps, c’est pour moi une priorité.

Le moment de la célébration étant arrivé, nous étions tous réunis, amis et quelques membres de la famille, tout près du cercueil, pour une cérémonie offerte en toute intimité. C’est la chanson «Smile» de Nat King Cole qui donna le ton à cette célébration, avec ses paroles inspirantes pour l’occasion.

Paroles et traduction de la chanson «Smile»

Musique : Charlie Chaplin – Paroles: John Turner et Geoffrey Parsons.

Smile though your heart is aching

Souris, même si ton cœur saigne

Smile even though it’s breaking

Souris, même s’il se brise

When there are clouds in the sky you’ll get by

Quand il y a des nuages dans le ciel, tu t’en remettras

If you smile through your fear and sorrow

Si tu souris malgré ta peur et ton chagrin

Smile and maybe tomorrow

Souris et peut-être que demain

You’ll see the sun come shining through

Tu verras le soleil briller à travers toi

For you

Pour toi

Light up your face with gladness

Éclaire ton visage de joie, d’allégresse

Hide every trace of sadness

Cache toute trace de tristesse

Although a tear maybe ever so near

Même si une larme peut toujours couler

That’s the time you must keep on trying

C’est le moment où tu dois continuer d’essayer

Smile, what’s the use of crying

Souris, à quoi bon pleurer?

You’ll find that life is still worthwhile

Tu vas te rendre compte que la vie vaut encore la joie d’être vécue

If you just smile

Simplement, si tu souris

That’s the time you must keep on trying

C’est le moment où tu dois continuer d’essayer

Smile what’s the use of crying

Souris, à quoi bon pleurer?

You’ll find that life is still worthwhile

Tu vas te rendre compte que la vie vaut encore la joie d’être vécue

If you just smile

Si simplement tu souris

Puis après quelques paroles improvisées par monsieur le curé, voilà que j’étais invitée à lire l’homélie adressée à Maman (ou plutôt l’homélie de Maman s’adressant à l’audience – sourire).

Je pris le temps de me centrer et avec de la douceur dans la voix, je m’assurai que je livrais avec hommage et amour le texte que Maman m’avait si précieusement offert par écriture intuitive. Ce n’est qu’à la toute fin, au moment où Maman dit au revoir que ma voix craqua un peu sous le coup de l’émotion. Je savais qu’elle était fière d’avoir été entendue…

Retournant m’asseoir aux côté de mon conjoint, j’entendis monsieur le curé s’adresser ainsi: «C’est la première fois de ma carrière que je suis témoin d’un tel hommage. Félicitations à vous madame! À certains moments, j’avais l’impression que c’était madame Cardinal qui lisait le texte». Quelques amis dans la salle et moi, nous nous sommes permis un petit sourire aux lèvres. NOUS, nous savions que c’était elle qui l’avait écrit! Mais cela demeura un secret entre nous…

Par la suite, c’est mon amie Carole qui, avec sa voix d’or, offrit le chant «Ave Maria», accompagnée d’une autre bonne amie, Marie-Hélène, avec des doigts de fée magiques au piano et au violon. Quelques larmes roulaient sur nos joues. Avouons que ce sont toujours des moments remplis d’amour et de charme. Merci les filles pour votre magnifique don musical ! Notre cœur était rempli de gratitude et de reconnaissance envers vous. Vous avez su nous faire vivre des moments magiques!

Pour compléter la cérémonie d’adieu, nous avons tous été invités à faire un geste de la main en touchant le cercueil, un à la suite de l’autre, histoire de souhaiter «bon voyage» à Aline, sur une de nos chansons préférées à Maman et à moi «C’est beau la vie» de Jean Ferrat. Un autre beau moment charmant que nous avons vécus tous ensemble!

Paroles de la chanson «C’est beau la vie»

C. Delecluse / M. Senlis – Musique: Jean Ferrat

Le vent dans tes cheveux blonds

Le soleil à l’horizon

Quelques mots d’une chanson

Que c’est beau, c’est beau la vie

Un oiseau qui fait la roue

Sur un arbre déjà roux

Et son cri par-dessus tout

Que c’est beau, c’est beau la vie.

Tout ce qui tremble et palpite

Tout ce qui lutte et se bat

Tout ce que j’ai cru trop vite

À jamais perdu pour moi

Pouvoir encore regarder

Pouvoir encore écouter

Et surtout pouvoir chanter

Que c’est beau, c’est beau la vie.

Le jazz ouvert dans la nuit

Sa trompette qui nous suit

Dans une rue de Paris

Que c’est beau, c’est beau la vie.

La rouge fleur éclatée

D’un néon qui fait trembler

Nos deux ombres étonnées

Que c’est beau, c’est beau la vie.

Tout ce que j’ai failli perdre

Tout ce qui m’est redonné

Aujourd’hui me monte aux lèvres

En cette fin de journée

Pouvoir encore partager

Ma jeunesse, mes idées

Avec l’amour retrouvé

Que c’est beau, c’est beau la vie.

Pouvoir encore te parler

Pouvoir encore t’embrasser

Te le dire et le chanter

Oui c’est beau, c’est beau la vie.

Une fois la cérémonie complétée et les aurevoirs adressés à tous ceux qui étaient présents, nous avons ramassé ce que nous avions apporté pour l’occasion. Il ne restait qu’une seule chose à faire : offrir les fleurs aux personnes concernées, soit celles qui s’étaient occupées des chansons et de la musique. J’avais préparé quelques bouquets que j’avais déposés dans un vase de cristal que Maman affectionnait particulièrement. D’ailleurs, nous savons tous que Maman était une fanatique de tout objet en cristal. Chaque pièce de sa collection représentait pour elle un chef-d’œuvre et elle en avait pris grand soin tout au long de sa vie, avec un soin jaloux, je dirais même.

Au moment où nous offrions le dernier bouquet de fleurs, et que Denis déposait gentiment le vase dans un sac, un vacarme se fit entendre. Le vase en touchant le sol a éclaté en milliers de petits morceaux de cristal.

C’en était fait du vase. Lui aussi avait fini sa vie. Je vis dans ce signe un heureux présage. Maman était heureuse et elle nous le démontrait par son détachement face à cet objet qui lui était si précieux.

Nous avions rendez-vous le lendemain pour la mise en terre du cercueil. Une longue journée nous attendait encore une fois.

.

LIRE LA SUITE…

Pour lire le texte complet dès maintenant procurez-vous Médium un jour, médium tous les jours, tome 2

©2021 Johanne Lazure | création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X