Médium un jour, médium tous les jours (tome 2)

LIRE À PARTIR DU DÉBUT DU LIVRE

LIRE L’ARTICLE PRÉCÉDENT

Extrait du Médium un jour, médium tous les jours, tome 2

.

J’étais heureuse pour mon ami. Il avait semble-t-il fait la paix et cela était le plus important. Pour la suite, nous allions être présents. Comme il faisait un beau soleil en cette magnifique journée de mai, je sortis par le côté de la maison pour jeter un coup d’œil à l’extérieur, quand soudain, je vis quelque chose de très petit bouger et émettre des sons plutôt bizarres, à proximité de la haie de cèdre tout près de la maison.

Brave comme je suis dans certaines circonstances et pas du tout dans plusieurs autres – comme lorsqu’il s’agit de souris ou de grenouilles (certains me reconnaîtront dans ces propos) – j’osai m’approcher à petits pas vers la «chose». Si vous m’aviez vue agir, vous auriez sûrement ri à gorge déployée. Une vraie scène de film d’humour! Plus je m’approchais, plus j’ignorais de quoi il s’agissait… et plus j’étais craintive. Certains d’entre vous, sauveurs d’animaux, auraient accouru avec empressement afin de sauver le pauvre petit. Ce n’était pas du tout mon cas!

Plus j’avançais et plus je tentais de me rassurer. «Non Johanne, tu ne sais pas ce que c’est, mais courage! Tu es capable ! Fais une grande fille de ton toi-même!». J’ai fini par arriver au-dessus de la chose qui s’avérait ne pas être une souris ou un mulot (fiou, Dieu merci!), mais bien un bébé chat, qui avait de toute évidence été abandonné par sa maman chatte. Il était noir et blanc, minuscule; couché sur le dos en plein soleil du matin, il gémissait. Il avait besoin du secours de sa maman.

Depuis combien de temps était-il là? Sa mère allait-elle revenir pour le chercher? L’avait-elle abandonné pour une raison précise? J’ignorais les réponses, mais je savais que j’étais incapable de le laisser sur le stationnement de la maison sans rien faire. Je décidai alors de prendre les grands moyens! J’allais m’en occuper moi-même. Mais je ne pouvais pas le prendre dans mes mains directement (je n’ai pas beaucoup de talents avec les animaux comme plusieurs de mes amies qui sont des «Mère Theresa» sauvant tous les animaux de leur quartier… ce qui n’est absolument pas mon cas.).

Tout de même résolue à faire tout ce qu’il fallait pour le bébé chaton, j’entrai dans la maison à la recherche d’une couverture qui me permettrait de le prendre et dans laquelle il se sentirait en sécurité. Une réflexion s’imposait à mon esprit, tout naturellement… Je venais tout juste d’apprendre le décès de mon ami André, et quelques minutes à peine après, j’étais en présence d’un chaton abandonné (lui aussi) par sa maman. Drôle de coïncidence, sachant qu’il n’y a pas de hasard, mais que des leçons à reconnaître et à apprendre.

Vo us auriez dû me voir essayer, avec mille précautions, de prendre un bébé chaton à l’aide d’une couverture cent fois plus grande que lui! Il (ou elle) criait… et moi aussi (sourire). Avec l’aide d’un Ange (je demande toujours un Ange dans des situations difficiles), je finis par prendre le chaton et l’amener à l’intérieur de la maison. Ouf, la première étape s’était plutôt bien déroulée. Il restait la suite maintenant!

Je pris soin de placer deux petits bols sur la couverture, l’un rempli d’eau et l’autre de lait chaud au cas où mon nouvel ami voudrait boire. Il était en sécurité et moi j’étais plus calmée. Je me résolus alors à demander de l’aide. La meilleure dans cette occasion: ma fille Caroline! Je l’appelai sur son cellulaire pour lui annoncer la nouvelle. Elle riait tellement au bout du fil en m’entendant lui narrer les détails de mon aventure, qu’elle était incapable de me répondre. Sachant comment je suis bonne dans ce genre de situation(!), elle imaginait très bien mes réactions dans de telles circonstances. Elle m’avait déjà vue avant!!! (sourire).

Elle me promit alors de s’en occuper et de s’arrêter à une animalerie pour acheter du lait maternel pour bébé chaton avant d’arriver à la maison… et surtout une seringue pour le faire boire ! Bien oui ! Je n’avais pas pensé au compte-gouttes. Dans mon énervement, je pensais avoir pensé à tout, mais j’avais oublié ce précieux détail.

Tel que convenu, Caroline pris bien soin de «son» nouveau bébé qui, après deux jours d’amour et d’attention, rendit l’âme lui aussi. Tout comme André. Tous les deux avaient pris deux jours pour faire la paix avec leur Maman et s’étaient ensuite envolés vers d’autres cieux.

Le jour des funérailles d’André, nous étions nombreux parmi ses amis à lui rendre un hommage bien mérité. Son corps avait été incinéré et ses cendres gentiment déposées dans une urne plutôt originale. Il avait réservé pour cette occasion un récipient en céramique dans lequel étaient vendues des arachides de marque Planters. En fait, il s’agissait d’une immense arachide, sur laquelle figurait un personnage – portant un chapeau haut de forme – qui saluait de la main. C’était bien André! Il avait voulu nous faire rire jusqu’à la fin.

À peine quelques jours après les funérailles, nous étions Denis et moi dans la cour arrière de la maison, en train de manger une petite bouchée. Nous aperçûmes tous les deux un papillon, un magnifique monarque, qui tournait et voletait autour de nous depuis près d’une bonne dizaine de minutes. Ensemble et au même instant, nous avons pensé à André.

«André, c’est bien toi qui vient nous dire que tu es bien et heureux. C’est bien cela, hein?». Aussitôt, le papillon arrêta son vol et vint se déposer sous nos yeux. Il était magnifique et surtout il nous montrait par sa présence qu’il avait ENFIN pris son envol pour respirer à pleins poumons et ouvrir bien grandes ses ailes!

Gérald, qui habite tout près de chez nous, nous signala quelques jours après la visite de notre ami qu’il avait remarqué la présence d’un papillon, un splendide monarque qui butinait régulièrement dans son jardin. Ce dernier semblait vouloir attirer son attention si bien que notre ami pris le temps de s’arrêter quelques instants, persuadé que c’était André qui désirait lui laisser un signe.

Eh oui, c’était bien lui ! Vous savez maintenant pourquoi il y a un papillon monarque sur la couverture de ce tome 2… Souvenir de notre ami si précieux!

Bon voyage André et surtout, merci d’avoir fait partie de notre vie ! Continue à déployer tes ailes… de liberté ! Nous pensons souvent à toi bel ami!

.

LIRE LA SUITE…

Pour lire le texte complet dès maintenant procurez-vous Médium un jour, médium tous les jours, tome 2

©2022 Johanne Lazure | création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X