inde

Me voici de retour d’un grand et long périple en Inde Sacrée… un peu amochée, n’ayant pas dormi depuis plus de 40 heures… revenue le 3 avril au soir, j’ai dormi près de 24 heures en ligne, interrompues d’à peine quelques heures, histoire de me moucher (à profusion), tousser à m’arracher les poumons, mais heureuse d’être de retour! J’ai beaucoup pensé à vous tous lors de ce séjour qui ne fut pas vraiment de tout repos!!! Le corps physique en a pris un coup… car les 72 dernières heures ont été assez bousculantes, merci!

En voici le résumé: après un séjour à Varanassi, la première ville sacrée de l’Inde, on appelle aussi cette ville « la ville de la mort » car on incinère jusqu’à 70 corps par jour – crémation qui dure environ 3 heures pour chaque corps, puis on laisse les cendres refroidir pour ensuite fouiller l’or et l’argent parmi les débris, pour finalement les envoyer dans le Ganga (nom du fameux fleuve sacré, le Gange, ou la «Mère Ganga»). Image pas trop choquante jusqu’à maintenant, on s’y habitue, croyez-moi… mais ce qui est le plus dérangeant, c’est que l’on y jette TOUT dans le Gange… je vous en reparlerai éventuellement…

Le plus bousculant dans ces 72 heures, c’est que l’on a frôlé la catastrophe, et les mots sont faibles ! De retour de Varanassi, nous avions une envolée Varanassi-Delhi, un trajet normal de 1h15… pendant l’envolée on entend la voix du pilote nous annonçant « hard turbulence » around Delhi. Déjà, je n’aimais pas vraiment l’idée de cette annonce. Mon intuition avait raison. Au moment d’atterrir sur la piste d’atterrissage de Delhi (je remarquais que nous allions plutôt vite pour atterrir… même si je ne suis pas pilote, je suis maintenant habituée aux avions (!)… l’avion s’est approché du sol et à la dernière minute, les moteurs au fond, l’avion a « tenté » de reprendre son envol !!! UNE MÉGA TEMPÊTE DE PLUIE, ORAGE, ÉCLAIR, TONNERRE, TOUT LE KIT + DES BOURRASQUES DE VENT nous entourait (nous et l’avion). L’avion tentait de remonter le plus vite possible au-dessus de la perturbation : le vent nous tassait littéralement, l’avion montait et descendait, bruits de métal RIEN DE BIEN RASSURANT, CROYEZ-MOI… et moi qui pleurais, priais, bref, une histoire folle. TOUT LE MONDE (la centaine de passagers) ÉTAIT TERRORISÉ !

Une fois dans les airs, on entend que nous sommes détournés à Jaipur (la ville rose) dont on a vu que la piste d’atterrissage pendant 6 heures, sans avoir droit de sortir de l’avion, avec une chaleur suffocante, un verre d’eau minérale pour toute la durée du « séjour » sans rien manger (cela faisait plus de 12 heures que nous n’avions rien avaler) et sur une liste de 25 avions, eux aussi détournés…

Bref, avec toutes nos prières (les Anges se sont fait allés cette soirée-là, croyez-moi), et par les miracles que nous avions tous demandés, nous avons réussi à repartir de Jaipur (les roues de l’avion ayant été abîmées à l’atterrissage forcé, le décollage fut pénible), direction Delhi (j’ai eu le temps de faire un mala – sorte de chapelet tibétain – de « Notre Père », le « Om mane padme hum » n’étant pas assez long pour me rassurer). Une fois à Delhi, nous avons eu à courir les bagages, courir pour trouver un cellulaire pour appeler notre guide indien resté dans la capitale avec une voyageuse malade et 9 de nos bagages, courir pour avoir les billets pour une navette nous amenant de la section nationale à l’internationale (15 minutes de trajet interminable), courir pour entrer dans la navette, courir dans l’aéroport pour trouver la porte 5 et retrouver avec JOIE notre guide et notre voyageuse, courir pour faire enregistrer les bagages à KLM, courir pour aller à la sécurité et passer les douanes (en permanence 20 personnes devant nous à chaque fois – il y du monde à Delhi!), courir pour trouver la section 17 pour enfin trouver un petit café pour acheter un muffin et une bouteille d’eau.

Nous partions à 3h25 du matin et nous sommes arrivés à l’aéroport à 1h30… alors, on a couru! Affamée, sur l’adrénaline au maximum, fourbue et en sueur, contente j’ai fini par réussir à m’asseoir pour déguster le «blueberry muffin» quand on annonça au même moment que les passagers de KLM 0672 étaient demandés sur le champs. Même un employé de KLM est venu nous chercher de toute urgence, il fallait entrer dans l’avion.

Près de 9 heures d’envolée (Delhi-Amsterdam) + près de 7 heures d’attente à Amsterdam (je me suis achetée des tulipes de Hollande !), + au moins 8 heures d’envolée vers Montréal + 10 heures ½ de décalage… FIOU, QUELLE ÉPOPÉE!!! HAHAHAHAHA! On en rit maintenant.

Merci de m’avoir lue… cela m’a fait du bien d’en parler (ou de l’écrire)… en attendant de vous revoir voici trois belles photos de l’Inde Sacrée.

Johanne Lazure

avril 2013

©2022 Johanne Lazure | création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X