Pâques

L’arrivée officielle d’une année en cours concorde avec le début du signe du Bélier, soit aux environs du 21 mars de chaque année, ce qui représente également l’Équinoxe du Printemps. La fête de Pâques est toujours soulignée le premier dimanche suivant la pleine lune du Printemps, ce qui explique que nous célébrerons la fête pascale le dimanche 31 mars cette année. 2012 sera alors vraiment derrière nous, apportant également avec elle ces 13 dernières années depuis 2000. Le chiffre «13» dans le Tarot signifie la «Mort» ou du moins de grandes transformations. C’est en grande partie ce que nous avons vécu depuis toutes ces années. Des années charnière pour la plupart d’entre nous, vous en conviendrez!

En comptant chacun des mois, un par un, du début de cette période jusqu’à maintenant, vous compterez 159 mois. Avril sera donc le 160ème mois depuis le début de 2000. Le chiffre «16» est associé dans le Tarot à la Maison-Dieu ou à la Tour, représentant alors tout lien karmique, individuel, familial et collectif, qui peut se briser ou se réparer, les prises de conscience et les guérisons des blessures.

D’ailleurs, si vous additionner les chiffres de 2013 (20 + 13), cela fait un total de «33», un chiffre maître qui demeure utilisé lorsque l’on parle de Pâques. N’avons-nous pas appris que Jésus le Christ serait «mort» à l’âge de 33 ans? Ceci est bien entendu une symbolique, tel que nous le verrons plus tard au travers de ce texte.

La majorité des fêtes sont en quelque sorte des moments de pause, un temps pour s’arrêter. Qu’il s’agisse de ces fêtes dites religieuses (Noël, Pâques) ou celles associées aux changements de saisons, tels les Équinoxes et les Solstices, ces moments sont des rites de passage, ou des instants pour se situer au travers des aléas de la vie. Pour connaître où l’on s’en va, il est utile et même nécessaire de savoir où l’on est et d’où l’on vient.

Pâques, cette fête à connotation religieuse, l’est d’autant plus. Pâques signifie «passage» et était déjà une fête soulignée solennellement avant la venue du Maître Christ Jésus. D’ailleurs, rappelez-vous qu’Il avait réuni tous ses disciples pour célébrer cette fête. Dans la réalité, Pâques remémore le passage du peuple hébreu, qui après avoir erré dans le désert pendant près de quarante ans, guidé par Moïse, traversa la Mer Rouge, en route vers la terre promise, l’Égypte.

Vu symboliquement, cela laisse bien comprendre que l’humain en général peut souffrir pendant des années, voire même subir sa vie (errance), afin qu’un jour il puisse être prêt à passer à une autre étape de sa vie (libération, guérison). Cette étape apporte alors un sentiment de liberté, d’accomplissement, de grande reconnaissance et de gratitude. C’est ce que l’on nomme l’Abondance, un état de bien être dans plusieurs aspects de sa vie, tout simplement.

Pour vivre cet espace de liberté, il est nécessaire de réparer les blessures, et pour ce faire, être en mesure de les voir, les identifier, les nommer. Le temps fera son œuvre par la suite, apportant avec lui la libération de cet inconfort, de ces schèmes de pensée, voire même de ces blessures familiales, incrustées depuis si longtemps.

Du point de vue religieux ou chrétien, Pâques souligne la «mort» de ce «Dieu fait chair», qui, après avoir été condamné à porter la croix, pour ensuite rendre l’âme, a su ressusciter «d’entre les morts» au bout de 3 trois jours. Avant cette étape ultime, cet être se nommait Jésus; une fois ressuscité, il devînt Christ, portant ainsi le nom de Jésus-Christ.

Voyons les mêmes enseignements sous un autre angle, un point de vue symbolique. Vous y verrez alors des similitudes avec ce que nous tous vivons ou avons vécu.

Porter sa croix, signifie porter les conséquences des faits, gestes et paroles de ceux et celles qui nous ont précédé (parents, grands-parents, …) et qui quelques fois nous «obligent» à en réparer les conséquences (condamnation). Plusieurs d’entre nous ont répété consciemment ou inconsciemment les mêmes «erreurs» ou expériences…. jusqu’au jour où, incapables de poursuivre ainsi notre route, nous nous arrêtons (mort). D’une vie d’errance ou de grandes souffrances (maladie, accidents, pertes de toute sorte…), on décide ou choisit de «mourir à cette vie» pour ainsi «renaître» à une autre vie, celle qui nous convient et dans laquelle nous «déployons nos ailes».

C’est bien connu: plusieurs ont choisi des métiers pour faire plaisir aux parents, d’autres se sont obligés à vivre une vie qui convenait plus aux autres qu’à eux-mêmes. Il y a des milliers d’exemples … Au bout d’un certain temps, ces mêmes personnes constatent qu’elles se sont rendues malades (physiquement, émotionnellement, mentalement) et qu’elles doivent faire quelque chose pour s’en sortir. Mourir ou renaître, là est la question !

Résurrection vient du mot latin «resurrectio» et signifie «action de se lever». Encore plus cette année, après le passage de Pâques, nous recevons tous l’invitation de nous lever et de passer à l’action, soit de prendre notre vie en main, et devenir les seuls Maîtres de nos Vies.

Pâques 2013 sera donc officiellement une invitation à prendre notre vie en main, dans la maîtrise de l’Être que nous sommes, ayant ainsi reconnu la Force de l’Amour qui nous habite depuis toujours. Une belle invitation à renaître!

Joyeuses Pâques!

Johanne

©2022 Johanne Lazure | création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X