Peu de personnes connaissent la «vraie» signification de la fête de Pâques… et si on n’ouvrait un peu nos yeux pour bien voir et nos oreilles pour mieux entendre? Prenons le temps ensemble pour s’y pencher!

Pâques signifie «passage»

Pâques est célébrée le premier dimanche après la pleine lune suivant l’Équinoxe du Printemps. C’est donc au Printemps que la nature se réveille après un long moment de sommeil. C’est ce que l’on pourrait appeler la renaissance de la Vie.

Et si on se permettait de faire la comparaison avec notre propre chemin de vie sur cette terre, en tant qu’être spirituel vivant une réalité humaine? C’est d’ailleurs à mon avis, ce que le Maître Jésus a voulu nous transmettre par les étapes de la Passion et le chemin de croix. D’ailleurs, savez-vous combien de stations se trouvent sur le chemin de croix? 14 exactement… et pourquoi 14, et non 10-12?

Le Tarot, cet art oratoire vieux de plusieurs centenaires, voire millénaire, a été entre autre créé dans le but de transmettre des informations, des enseignements par le biais d’images et de symboliques. Ce sont comme les contes pour enfants qui une fois bien connu, nous rappelle des histoires et des leçons dont on se rappelle même une fois adulte. C’est le but des histoires : se rappeler ou se souvenir… c’est pareil!

C’est pendant 12 stations que le maître Jésus porte sa croix… en lien avec la carte du tarot qu’est le Pendu. L’épreuve, le lâcher prise, une étape initiatique : voilà la signification du Pendu, et c’est en partie la signification de ce qu’est «porter sa croix».

Porter la croix, c’est aussi porter les conséquences, les faits et gestes, les schémas karmiques que certains membres de la famille dont nous sommes issus ont créés précédemment. C’est comme si nous avions à nous libérer de ces liens familiaux… inscrits dans notre ADN, dans nos gênes, dans nos cellules.

D’ailleurs lorsque l’on jette un regard sur la croix, le bout de bois long placé sur le dos, signifie bien l’ensemble des gênes de l’ADN qui se trouve au travers de notre système nerveux, notre colonne vertébrale.

Lorsque l’on regarde maintenant la position de la croix, les deux bras bien ouverts vers le ciel, c’est le signe de la victoire qui est suggéré derrière cette gestuelle.

Nous l’avons malheureusement associé à la souffrance, à la douleur… et c’est bien ce que nous avons appris au fil de l’histoire humaine : souffrir sur terre en attendant le paradis à la fin de nos jours. Paradoxal, vous ne trouvez pas?

Et si justement, nous prenions le temps de regarder que depuis le tournant des années 2000, nous sommes tous en quête de voir d’où nous venons, ce que nous avons reconduit de la part de nos parents, et surtout, si nous avons encore besoin de reconduire des schémas, des pensées, des façons de faire similaires à ceux et celles qui nous ont précédés.

C’est ainsi que nous sommes tous appelés depuis le début des années 2000 à nous libérer consciemment de ces dogmes limitatifs, de ces liens karmiques individuels et/ou familiaux qui nous ont enchaînés depuis si longtemps et que l’on répète malheureusement de génération en génération, inlassablement…

Nous sommes donc appelés à laisser tomber cette fameuse croix, celle qui que nous traînons, qui nous meurtri… c’est ainsi que nous sommes de plus en plus prêts à identifier ce qui nous fait souffrir, le nommer, pour ensuite faire ce qui a besoin d’être fait pour s’en libérer et s’en guérir… une fois pour toute, ou du moins pour un bon moment.

Car la bonne nouvelle derrière tout cela, c’est que lorsque l’on se libère de ses souffrances et de ses blessures, c’est nous en premier qui en sort gagnant et libéré. Mais sachez également que ce sont les générations précédentes et suivantes qui le sont tout autant…

C’est pendant 12 stations que le maître Jésus porte la croix… et tombe, vous vous en souvenez, 3 fois. Le chiffre 3 revient souvent dans les traditions religieuses ou spirituelles. Le corps, l’âme, l’esprit – Le Père, le Fils et le Saint-Esprit – mais en fait, nous sommes constitués de plusieurs corps énergétiques, incluant le corps physique.

Pour qu’une libération karmique se fasse de façon plus permanente, il est nécessaire que le dégagement soit fait dans les trois premiers corps associés à la vie terrestre : le corps physique, le corps éthérique (énergétique) et le corps astral (émotionnel).

Après avoir tombé 3 fois, et marché le chemin de croix pendant 12 stations, arrivent la 13ème station… dans le tarot : la Mort. Soit une transformation profonde, une transmutation intérieure – ce qui nous rappelle que nous sommes en quelque sorte libérés des liens karmiques familiaux. Nous sommes appelés à laisser la Vie monter en nous… nous permettre de vivre notre vie, et non les répercussions de ce que les membres de nos familles précédentes nous ont léguées… C’est aussi cela que l’on appelle la conscience!

Une fois la transformation intérieure vécue, la libération,… place à la capacité de renaître à l’être que nous sommes en réalité : un être venu sur Terre pour être heureux… et s’en rappeler!

Rappelons que la position de la croix, les deux jambes vers le sol et les deux bras relevés vers le haut en forme de coupe représentent la gestuelle de la victoire… de la lumière au bout du tunnel… de la Vie après la mort, et non particulièrement la mort physique, mais au terme figuré.

L’ancienne personne souffrante n’est plus… elle fait place à la nouvelle que nous sommes devenus, qui a toujours été là, mais qui libéré des souffrances, des limitations… s’offre une nouvelle vie !

Nous parlons souvent que le Maître Jésus est mort sur la croix pour la rédemption de nos péchés à l’âge de 33 ans… d’autres «3»!

En fait, il serait sage de voir les choses autrement. Et si cette passion ou ce chemin de croix nous enseignaient l’importance de devenir maître de noter vie, de redéfinir la responsabilité de chacun à créer notre vie à notre image et à notre ressemblance. Que nous sommes responsables ce que nous vivons… que ce qui est vécu à l’extérieur n’est qu’un reflet de ce qui se vit à l’intérieur de chacun de nous… cela change les perspectives, vous le trouvez pas?

Alors regardons le chiffre «8» de plus près. Si nous coupons un «8» en deux à la verticale, nous voyons deux «3» qui se regardent… et le chiffre 33 est ainsi la représentation d’une partie de nous qui suit aveuglément l’autre «3» qui ouvre le chemin… sans trop se poser de questions. C’est ce que l’on peut appeler subir sa vie, demeurer l’esclave… un suiveux!

Toutefois, lorsqu’il arrive une situation importante dans notre vie, un virement de cap, il nous arrive d’avoir à nous regarder de plus près… comme le premier «3» qui regarde l’autre «3», l’un en face de l’autre… C’est ainsi que l’on reconnaît que lorsque nous équilibrons une partie de nous, l’autre automatiquement se sera. Lorsqu’un «3» est équilibré, l’autre l’est automatiquement…

Et si Pâques, cette année en 2016, nous invitait précisément à voir que nous sommes tous invités à nous libérer de ces chaînes, de ces croyances limitatives, de ces croix que nous traînons sur notre dos depuis trop longtemps déjà?

L’année 2016, une année de vibration universelle «9» nous invite à faire du ménage, à terminer des choses qui demeurent en suspension, que nous reléguons de côté… mais qui nous grugent, nous rend malheureux… malades.

La carte de tarot 16, la maison Dieu ou la foudre nous indique bien la nécessité de nous libérer. Cette carte nous présente la force avec laquelle nous pouvons nous libérer… nous retrouver. Et si nous ne choisissons pas consciemment de faire notre choix pour nous libérer… la Vie apportera avec elle des situations que nous ne voyons pas vraiment venir, qui nous prennent par surprise mais dont le mandat est de faire éclater ce qui nous retient prisonnier.

Pâques, le passage est donc un temps de l’année qui nous invite à célébrer la Vie, celle qui nous habite et que l’on voit se définir devant nos yeux… à nous de faire de cette vie une remplie de santé, d’amour et surtout… de gratitude.

Merci!

Johanne

©2022 Johanne Lazure | création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X