Médium un jour, médium tous les jours (tome 2)

LIRE À PARTIR DU DÉBUT DU CHAPITRE

LIRE L’ARTICLE PRÉCÉDENT

Extrait du Médium un jour, médium tous les jours, tome 2

.

Combien de temps avons-nous flotté ensemble toutes les deux vers la Lumière? (C’est ainsi que l’on nomme ce passage en général). Je n’en ai aucune idée… mais ce que je sais toutefois, c’est qu’il est rassurant de sentir tout l’Amour qui nous guide et nous supporte au cours de cette étape.

Dans les faits, la personne en phase terminale ne pourra avoir accès à ce chemin lumineux – comme décrit par de nombreuses personnes ayant vécu une expérience de mort imminente – que si celle-ci est en paix ou dans un état de sérénité.

En général, on croit à tort que la personne qui meurt est enfin libérée de ses souffrances et de son agonie, mais il n’en n’est pas tout à fait ainsi dans la réalité. C’est l’état d’âme de la personne qui saura définir dans quel état elle se retrouvera de «l’autre côté du voile». C’est pour cette raison qu’il est important que toute personne en contact direct avec celui ou celle qui est en phase terminale soit le plus sereine possible face au départ imminent vers l’autre monde.

Autrement, toutes les émotions, les détresses, les crises vécues par les gens qui sont au chevet du malade auront un impact catalyseur sur son état d’âme, ce qui peut grandement perturber le départ vers un «monde meilleur». Bien entendu, il est normal de verser quelques larmes, d’exprimer à voix haute que sa présence nous manquera, ou même de signaler que l’on est attristé de le voir ainsi souffrir, mais c’est tout. Ce n’est surtout pas l’occasion pour régler ses comptes, encore moins de parler du futur héritage ou de souvenirs douloureux.

Une personne qui décède dans ces circonstances hautement perturbantes (accident, incendie, meurtre, ou même refusant d’accepter que la mort imminente quelles que soient les raisons), se retrouvera alors dans le même état d’âme et d’émotion une fois que le corps aura rendu l’âme. C’est ce que l’on appelle l’enfer dans certaines religions ou philosophies. Cette expression connue «vivre l’enfer» que tant de gens ont entendue dans leur vie en a perturbé plus d’un, surtout ceux et celles de la génération de Maman. L’enfer n’est pas un lieu, mais bien un état d’âme.

Ce n’est pas tant la façon de mourir qui est perturbante, mais bien la peur de souffrir tant physiquement que moralement. Pour plusieurs, cette étape représente l’inconnu, et cela les trouble tant qu’ils ont peur de la mort. Ceux et celles qui se reconnaissent dans cette situation doivent savoir qu’il est possible de vivre cette naissance à un autre monde (expression plus jolie que le terme mourir), en toute confiance et sérénité. Il est donc primordial d’être en paix avec la vie que nous avons vécue, et d’accueillir (et non pas juste accepter) les choses telles qu’elles sont.

D’ailleurs, vous remarquerez que l’on meurt comme on a vécu. Si une personne dans la vie de tous les jours est en général reconnaissante, qu’elle fait confiance en la Vie, et qu’elle a tendance à lâcher prise sur le contrôle des évènements, elle quittera le plan terrestre dans les mêmes dispositions. On constatera alors que la mort s’est amenée tout doucement, sans souffrance, très souvent les traits du visage du défunt sont totalement détendus, et on a même l’impression qu’il sourit. C’est ainsi.

Mais revenons à Maman si vous le voulez bien! Pendant le temps que je vous expliquais l’importance d’être en paix face au grand départ… Maman et moi nous continuions de nous «envoler» vers la Grande Porte, au seuil du grand passage. Une fois toutes les deux arrivées, j’expliquai alors à Maman (toujours en télépathie, le langage du cœur), que je la laissais se rendre seule à cette porte. J’étais là pour la soutenir et la guider, cela, elle le savait. Elle se préparait au grand voyage et elle seule pouvait le faire. «On meurt et on naît seul», même si nous sommes bien accompagnés. Nous sommes les seuls et uniques responsables du repos de notre âme.

Je lui expliquai alors qu’elle n’allait pas mourir officiellement, le moment n’était pas encore venu, mais au-delà de la porte, elle allait rencontrer quelques-uns de ses guides et sûrement des gens qu’elle a connus et aimés au cours de sa vie. Cette étape allait sûrement la sécuriser et lui permettre, lorsque le temps serait venu, de passer officiellement dans l’autre dimension en toute quiétude.

Maman avait tendance à avoir peur de tout ce qui était nouveau et dont elle n’avait pas de contrôle. Une grande partie de ma vie, j’ai été celle qui la rassurait, la sécurisait, et qui l’aidait à nommer ce qu’elle vivait. Étant fille unique, j’ai très souvent joué le rôle de Maman auprès de mes deux parents, et cela m’a permis de comprendre souvent d’où je venais et l’influence de ces peurs et limitations que mes parents m’ont si gentiment transmises. Je m’étais assignée beaucoup de temps pour arriver à m’en libérer… (sourire)!

Cette fois, Maman était prête à recevoir tout l’Amour qu’on allait lui donner derrière cette porte. Je la vis flotter jusqu’au seuil, et au moment où elle fit le geste pour l’ouvrir, celle-ci s’ouvrit toute seule, du moins en apparence. Apparut derrière un homme souriant, heureux d’être là pour l’accueillir. Quelle ne fut pas notre surprise, à Maman et moi, d’apercevoir, sourire aux lèvres et bras ouverts… Grand-Papa, «grand-papi Arthur» comme mes enfants et moi avions l’habitude de l’appeler. C’était son père qui venait à sa rencontre, lui qui nous avait quittés en 1987, suite à une chute qui entraîna un anévrisme crânien fatal. En quelques jours, il était décédé du haut de ses 87 beaux et heureux étés, en santé et presqu’aussi alerte que dans ses jeunes années.

J’entendais Maman faire un «hum» de surprise en l’apercevant. Elle était heureuse et si contente d’être accueillie par son papa. Ils étaient dans les bras l’un de l’autre et tous, nous étions heureux. L’émotion de joie et de surprise passée, voilà que Maman était invitée à poursuivre sa visite afin de rencontrer d’autres personnes qui l’avait précédée dans la mort, et qui étaient venues au-devant d’elle.

Après quelques instants, je la vis faire un geste de recul lorsqu’une autre personne s’approcha d’elle pour l’accueillir… c’était Jeanne sa maman, qui est décédée en 1999 à l’âge honorable de 91 ans. Les rapports entre la mère et la fille n’ont pas toujours été harmonieux, et chacune en avait souffert. J’ignore comment Grand-Maman avait vécu la suite de certains conflits car nos rencontres s’étaient grandement espacées avec le temps. Je sais cependant que ma mère avait beaucoup de peine, et voilà qu’au moment de la retrouver, elle réagissait à nouveau en sa présence, presqu’inconsciemment.

Voyant sa réaction, je m’adressai à elle presqu’instantanément: «Maman, c’est ta mère, et hier ensemble toutes les deux, nous avons fait des pardons. Tu te rappelles que nous avons béni et remercié, non seulement chacune des parties de ton corps physique, mais également toutes les personnes qui t’ont accompagnée sur ton chemin de vie. Grand-Maman fait partie de ces pardons. Il est temps pour toi d’aller au-delà de la peine et des souffrances, et d’accueillir cet Amour que tu désires tant».

Je l’entendis réagir par un autre «hum», comme étant à la fois résignée et enfin heureuse de la suite des choses. Son pardon était accordé, et je vis la mère et la fille dans les bras de l’une et de l’autre, s’enlacer et pleurer de joie… et de libération. Elles étaient enfin heureuses et réunies. C’était touchant de les voir toutes les deux pleurer et rire en même temps.

.

LIRE LA SUITE…

Pour lire le texte complet dès maintenant procurez-vous Médium un jour, médium tous les jours, tome 2

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.

  1. Marzat Catherine 1 an Il y a

    MERCI DAME JOHANNE , DE PARTAGER LA SCIENCE SIMPLEMENT , VOUS METTEZ À LA LUMIÈRE NOS DONS TABOUS QUI PARFOIS HANDICAPENT , ET C’EST UN RÉGAL , ÇA ME RÉHABILITE , VOUS CONFIRMEZ MES HYPOTHÈSES . J’APPRENDS BEAUCOUP DE VOUS . BONNE JOURNÉE

©2021 Johanne Lazure | création du site : ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

X